Garder la forme et rester motivé à l’ère de la COVID-19, une affaire d’équipe

Basée en Autriche et évoluant sur le circuit Continental, l'équipe Vorarlberg Santic ancre sa mission de performance et ses valeurs sur le travail d'équipe, le mentorat d’athlètes et l'esprit sportif. Les priorités des coureurs sont également partagées entre les victoires d'étapes spectaculaires et le simple plaisir de se dépasser. La pandémie de la COVID-19 ne semble pas arrêter ces athlètes; ils travaillent fort pour rester en forme et motivés face à leurs objectifs... et peut-être même acquérir quelques nouvelles compétences au passage. Nous avons discuté avec certains des coureurs de l'équipe pour en connaître davantage sur leurs trucs et techniques.

Argon 18 : Le programme d'entraînement de nombreux athlètes est sérieusement perturbé lorsque des compétitions auxquelles ils avaient prévu participer sont repoussées ou même éliminées. Quels sont les conseils à suivre pour réajuster un programme intensif ou une diminution d’intensité graduelle, lorsque des changements soudains viennent modifier le calendrier de compétitions ?

Max Kuen : Pour l'instant, on a l'impression d'être retournés au mois de novembre dernier, le début de la saison d'entraînement. Après un hiver déjà long, c'est comme si on recommençait, ce qui n'est pas évident. Je me concentre davantage sur l'entraînement en force et en endurance, car un entraînement trop spécifique ferait en sorte d’arriver au sommet de sa forme trop rapidement et lorsque les courses commenceront, la forme sera moins bonne et le niveau de fatigue plus élevé. Un mois avant la première course donne amplement de temps pour s’entraîner en intervalles.

Daniel Federspiel : Je pense qu'il est préférable de s'entraîner à une plus basse intensité, comme nous devrions probablement le faire en ce moment. Je pense qu'il est difficile de se motiver en ce moment pour l'entraînement par intervalles, et que nous devrions plutôt conserver de l'énergie lorsque la saison des courses reprendra.

Roland Thalmann : Ce n'est pas le moment d'être au top, mais cela dit, on n'est pas en novembre, il faut quand même faire quelques bonnes heures d'entraînement. Montez sur votre vélo, allez à la salle de sport si vous le pouvez, faites de la course à pied ou faites un peu de travail de stabilité. Restez concentré, construisez les bases importantes et lorsque les courses reprendront, vous n’aurez besoin que de quelques semaines de travail intensif pour être au top.

Argon 18:La préparation mentale est super importante pour les grandes compétitions. Quels conseils pouvez-vous donner aux athlètes qui attendaient avec impatience une course particulière et qui, maintenant, ne savent plus si la compétition aura lieu ou quand elle aura lieu? Qu'est-ce qui vous permet de rester mentalement concentré et positif ?

Daniel Federspiel : Avec tout ce qui se passe en ce moment, j'essaie de faire plein de choses différentes qui me rendent heureux et qui me permettent de me changer les idées. Pour la motivation, nous devrions tous nous rappeler pourquoi nous pratiquons ce sport. C’est parce que nous sommes tous des passionnés du cyclisme et je crois que la pandémie ne changera rien à ça.

Max Kuen : Ce qui se passe dans votre tête est la chose la plus importante dans le cyclisme. Il est essentiel de garder votre concentration et votre motivation à un niveau élevé. Tant que votre compétition la plus importante n'est pas annulée, vous devez rester concentré et vous entraîner pour cela. Ce n'est pas facile, je sais, mais un objectif clair vous permet de rester concentré et motivé.

Jack Burke : Le Corona m'a donné la possibilité de me concentrer sur des choses importantes. J'apprécie les opportunités qui se présentent. Je suis reconnaissant de pouvoir m'entraîner et d'être à l'abri, dans une petite ferme au milieu des montagnes. En étant isolés, nous avons une routine quotidienne fixe et nous apprécions la nature qui nous entoure. Avant de recommencer la compétition, je peux aussi me concentrer sur d'autres choses, comme l'écriture et la lecture !

Alexis Guerin : Selon mon expérience, il est important de se fixer de nouveaux objectifs, à court et long terme, et de ne pas perdre de vue les échéances qu'on s'est fixées. Cette période pourrait être l'occasion de travailler encore plus dur pour être encore plus fort lorsque les choses reviendront à la normale. Nous devons garder le moral et ne pas se laisser aller en mettant les freins et en espérant que les choses arrivent d'elles-mêmes. Je reste concentré et positif grâce au soutien d’une équipe solide, disciplinée et professionnelle, mais aussi grâce à ma famille qui m'encourage, et à nos animaux de compagnie ! Je profite de ces petits moments avec eux, ce qui est inhabituel à cette période-ci de l'année.

Roland Thalmann : Le truc le plus important pour rester positif est à la fois simple et difficile... "Ne pensez pas à la compétition !" Nous aimons tous nous sentir en bonne condition physique, faire du vélo ou d'autres sports, et tant que vous y prenez plaisir, vous resterez motivé et concentré sur votre entraînement.

Argon 18 :C'est la période de l'année où nous avons tous hâte de laisser la base d’entraînement et de retourner dehors, souvent pour des sorties en groupe. Malheureusement, pour la plupart d'entre nous, ce n’est pas possible en ce moment. Qu’est-ce qui vous garde motivée lors vos entraînements à l’intérieur ou vos sorties en solo ?

Daniel Geismayr : S'entraîner à l'intérieur est maintenant un peu plus facile avec les nouvelles options virtuelles, comme Zwift. La stabilité, la force et l'entraînement basé sur les rôles sont à la mode. En plus, je fais désormais plus attention à mon alimentation pour bien prendre soin de mon système immunitaire. Je cuisine beaucoup, je fais du pain frais, etc. pour renforcer le corps. En ce moment, je me motive assez facilement avec de nouveaux défis pour être en forme quand la saison des courses reprendra !

Roland Thalmann : Je peux toujours rouler dehors, mais j'essaie de prendre soin de moi. Je n'ai pas besoin de faire des intervalles très durs, et j'ai plus de temps pour découvrir de nouvelles routes ou admirer une belle vue.

Max Kuen : Comme je m'entraîne seul la plupart du temps, ce n'est pas si difficile pour moi. Bien sûr, après un long hiver, je voulais recommencer la compétition, donc c'est décevant. En ce moment, je reste motivé grâce à un entraînement différent : j'ai recommencé à faire du jogging, par exemple. Je me concentre aussi davantage sur la musculation et l'entraînement de base, qui sont très importants pour un cycliste. Mais le plus excitant pour moi, c’est de participer aux courses sur Zwift contre des cyclistes du monde entier. C'est très dur, on se pousse beaucoup plus que lors d'un entraînement normal.

Daniel Federspiel : Je dois avouer qu'il est devenu difficile d'être tout le temps à l'intérieur, alors j'ai repris le passe-temps de mon beau-père : être agriculteur. Mon travail s'est donc transformé en une promenade quotidienne avec le nouveau veau. J'ai aussi appris à traire une vache !

Pour en connaître davantage sur l'équipe Vorarlberg Santic, cliquez ici.

Les coureurs de l’équipe Vorarlberg Santic respectent toutes les directives de distanciation sociale en vigueur dans leur région. Pour de nombreuses régions, rester à l'intérieur est la meilleure précaution à prendre.