La motivation de s'entraîner durant la pandémie de la COVID-19: Entrevue avec Michelle Vesterby

À l'ère de la pandémie de la COVID-19, la plupart des athlètes ont vu leur calendrier de course partir en fumée et leurs centres d'entraînement fermer. Bien-être et santé étant les principales préoccupations actuelles, comment les athlètes peuvent-ils rester motivés, actifs et en contact avec leur communauté ? Nous en avons discuté avec Michelle Vesterby afin d’obtenir quelques conseils.

Le programme d'entraînement de nombreux athlètes est sérieusement perturbé lorsque des compétitions auxquelles ils avaient prévu participé sont repoussées ou même éliminées. Quels sont les conseils à suivre pour réajuster un programme intensif ou une diminution d’intensité graduelle, lorsque des changements soudains viennent modifier le calendrier de compétitions ?

C'est un vrai défi, mais je m'efforce de rester le plus en forme possible. Je veux être une meilleure athlète une fois que cette situation sera terminée. Je profite de l’occasion pour travailler de petites choses à la maison, les petits détails de ma technique. Je pense que les gens vont sortir de tout cela en ayant appris beaucoup sur eux-mêmes. En fait, nous devrions voir des athlètes revenir plus rapides, plus forts et meilleurs qu’avant. Je suis habituellement très sociable, j'aime m'entraîner avec mes amis mais en ce moment, toute mon approche est centrée sur mes sorties et le travail à accomplir. En fait, je me suis adaptée en devenant plus efficace qu'avant. En temps normal, je détestais le gym ! Mais maintenant, je trouve ça amusant de descendre au sous-sol où j'ai préparé des exercices. J'amène mon fils Marcus, et je m'entraîne d’une manière que je n’aurais jamais fait auparavant !

Je pense qu’il est important pour tout le monde d'essayer de faire les choses une à la fois, une journée à la fois, et de rester concentré. Pour l'instant, j'ai toujours Hawaï à mon calendrier (j'espère !), mais rien avant. Comme je l'ai dit, j'essaie de rester aussi en forme que possible, et si l'occasion se présente, je suis prête à casser la baraque !

La préparation mentale est super importante pour les grandes compétitions. Quels conseils pouvez-vous donner aux athlètes qui attendaient avec impatience une course particulière et qui, maintenant, ne savent plus si la compétition aura lieu ou quand elle aura lieu? Qu'est-ce qui vous permet de rester mentalement concentrée et positive ?

C'est le problème en ce moment : ne pas savoir. C’est dur pour les athlètes qui, comme moi, aiment être structurés, qui ont besoin de savoir où, quand et comment se préparer mais qui en ce moment perdent ces repères.

Pour garder cette capacité de concentration mentale, il est vraiment important d'envisager le court terme, d'y aller pas à pas, à la minute près. C'est comme ça que je fais un Ironman : je divise la course en petits morceaux et j’y vais étape par étape. Si j’essaie de me concentrer sur l'ensemble, je vais m'effondrer mentalement. Mais en décomposant la course en petits bouts, je progresse plus facilement. Peut-être que nous avons tous besoin de tout diviser encore plus que d'habitude pour nous en sortir.

Bien sûr, c'est un challenge pour tous en ce moment, et la situation est différente partout dans le monde. Pour l'instant, je peux encore sortir pour courir et m’entraîner à vélo, je suis donc très chanceuse, très privilégiée. Et en plus, le soleil est au rendez-vous, donc c’est encore plus agréable de sortir ! Mais j'ai préparé ma maison pour la quarantaine ; mon entraîneur est prêt et j'ai la chance d'avoir un tapis roulant dans la maison. Nous avons aménagé une salle d'entraînement au sous-sol ; je vois beaucoup de gens faire cela sur les médias sociaux. Mais vous n'avez pas non plus besoin de faire de l'exercice de manière aussi formelle. Ce qui est très important, c’est de rester actif, faire des travaux à la maison, jouer avec la famille. Simplement vous lever et bouger, c'est la chose la plus importante pour votre corps et votre esprit. J'ai commencé à faire la cuisine ! Seulement des gâteaux sains, bien sûr.

C'est la période de l'année où nous avons tous hâte de laisser la base d’entraînement et de retourner dehors, souvent pour des sorties en groupe. Malheureusement, pour la plupart d'entre nous, ce n’est pas possible en ce moment. Qu’est-ce qui vous garde motivée lors vos entraînements à l’intérieur ou vos sorties en solo ?

Il y a tous ces programmes d'entraînement virtuels que nous pouvons faire maintenant, comme Zwift, et les autres participants peuvent vraiment vous motiver. Mais il est également important de se faire un programme à soi. Changez un peu de focus à chaque fois, faites un entraînement différent. Les heures passées sur la base d’entraînement peuvent être vraiment longues, mais si vous les fragmentez et que vous avez un programme personnel, c’est déjà plus intéressant et plus facile de rester motivé. S’offrir une petite gâterie après la séance, c'est bien aussi - la bouffe est toujours une bonne source de motivation !

Comme beaucoup de gens en ce moment, j'ai aussi mon jeune fils à la maison, ça change le programme. Je me rend compte que je publie beaucoup sur les médias sociaux et que ça tourne toujours autour de Marcus ! Il a dix mois, donc pour l'instant je dois vraiment organiser mon horaire en fonction de lui. Je joue avec lui puis, quand il fait la sieste, je peux sortir m’entraîner à vélo. Quand je suis en bas au gym, il est là. Je le fais pour lui, il commence à comprendre ce que je fais et cela me motive. Ça me pousse à être efficace. Je veux tout faire avec lui, mais je veux aussi faire mon travail. Alors je sors pour m’entraîner, et quand je reviens, je suis maman à 100%. Tout ça, c'est aussi une question de détermination; à cause des contraintes actuelles, je suis plus concentrée mentalement, et je m’assure que mon travail soit fait.

Michelle respecte toutes les directives de distanciation sociale dans sa région. Pour de nombreuses régions, rester à l'intérieur est la meilleure précaution à prendre.