Dans les coulisses du nouveau E-119 Tri+ Disc : la collaboration Argon 18 et 51 Speedshop

Le cockpit entièrement redessiné du nouveau E-119 Tri+ est le fruit d'une collaboration entre Argon 18 et 51 Speedshop. Nous avons parlé avec Mat Steinmetz de 51 Speedshop pour en apprendre davantage sur le design de ce nouveau cockpit et, par le fait même, avons obtenu quelques conseils de positionnement !

A18 : Pourquoi avez-vous choisi de travailler avec Argon 18 ? Y a-t-il une similarité entre vos deux approches ?

Lorsque Argon 18 a contacté 51 Speedshop pour une éventuelle collaboration sur la partie avant du nouveau E-119 Tri+ Disc, j'ai été interpellé par leur compréhension du défi que représente la conception d'un cockpit rapide, confortable et, surtout, très ajustable. Sur la base de cette compréhension mutuelle, j'ai senti que nous pouvions nous mettre au travail.

Argon 18 comprend la valeur de l'expertise de 51 Speedshop en matière d'interaction entre le cycliste et le vélo et à quel point cette expertise peut donner au nouveau cockpit du E-119 Tri+ un avantage en termes de performance et de confort pour ses clients. L'équipe de 51 Speedshop apprécie les commentaires critiques et, de leur côté, les ingénieurs et gestionnaires de produits chez Argon 18 ont fourni des indications précieuses qui ont fait de cette collaboration une réussite.

Il y a trois points de contact sur le vélo : pédale/chaussure/manivelle, selle et guidon. Le guidon est souvent le point de contact que les fabricants de vélos tentent d'aborder par eux-mêmes, compte tenu que de plus en plus de cockpits font désormais partie intégrante du vélo. Ces points de contact peuvent assurer le succès ou l'échec du vélo lorsqu'un cycliste prend la route. Je pense que nous sommes tous d'accord sur le fait que si une selle est inconfortable, nous pouvons la monter, la descendre, la déplacer vers l'avant ou l'arrière, changer son angle d'inclinaison ou même la remplacer par une nouvelle. Comme on ne peut pas en dire autant de l'avant du vélo, il est impératif que l'attention et la vision mises en œuvre dans la conception et la fabrication d'un cockpit soient celles d’une équipe ayant une connaissance approfondie de l'interaction entre le cycliste et son vélo.

A18 : Quel la plus grande réussite de cette collaboration ? Quel aspect du nouveau cockpit sera, selon vous, le plus apprécié des triathlètes ?

Lorsque vous commencez à travailler sur l’avant d’un vélo, il y a tellement de choses à prendre en considération - nous devions penser à la diversité des cyclistes qui allaient rouler sur ce vélo avec un cockpit difficilement remplaçable. C'est là que le processus a commencé : quelle serait l'ajustement minimal et maximal des accoudoirs ; que faire pour ceux qui voudraient échanger les extensions ; peut-on modifier la hauteur du guidon, le réglage avant/arrière et ajuster la plage d’angulation de la barre ? Nous devions tenir compte de tous ces aspects du guidon pour ne pas exclure des clients qui voudraient rouler le nouveau vélo E-119 Tri+ Disc.

Une fois le concept défini, l'équipe d'ingénieurs de Argon 18 s'est mise au travail et a effectué des tests approfondis sur l'intégrité structurelle et l'aérodynamique. Ils ont examiné où nous devions ajouter du matériau et où nous pouvions en retirer pour réduire le poids. Ce fut une véritable collaboration.

En fin de compte, ce que les triathlètes apprécieront le plus, je pense, c'est la simplicité de ce cockpit. Il est épuré, léger, facile et intuitif à régler. De plus, il dispose d'une grande fenêtre d'ajustements permettant aux athlètes de travailler leur position avec précision.

A18 : Vous avez ajusté la position d’un grand nombre d'athlètes au fil des ans. Avez-vous un conseil à donner à nos lecteurs ? Peut-être quelque chose que les gens négligent souvent ?

Ma première recommandation serait de faire ajuster votre vélo par un professionnel expérimenté de votre région. Ce type d’ajustement est la plus grande amélioration, en termes de performance, que vous pouvez apporter à votre vélo. Vous êtes à la recherche de VITESSE i.e. durabilité + puissance + aérodynamisme ; dans cet ordre...

  1. Durabilité/Confort = La capacité à maintenir la position aérodynamique pendant toute la durée de la sortie. Le confort est relatif à l'individu et ceux qui sont débutant dans cette position la trouveront peu naturelle au début. Cependant, la particularité de la position d’un vélo contre-la-montre est qu'elle est très adaptable lorsqu’on passe beaucoup de temps à la travailler.
  2. Puissance (couple x vitesse angulaire) = Capacité à appliquer une force sur les pédales sans restriction. C'est là que la selle et le guidon doivent être placées de manière à permettre au cycliste de propulser le vélo en fonction d'une série de paramètres biomécaniques acceptables. Par exemple, si les barres sont trop basses, fermant ainsi l'angle de la hanche du cycliste, il y aura une restriction sur le haut du coup de pédale réduisant alors la capacité d'appliquer une force et provoquant une diminution de puissance.
  3. Aérodynamique = réduction de la surface et de la forme avant du cycliste afin de minimiser les forces de résistance qui empêchent le mouvement vers l'avant. C'est la dernière étape du processus, et si vous fi des deux étapes précédentes et que vous passez directement à l'aérodynamique, vous n'obtiendrez pas de résultat satisfaisant. J'ai passé beaucoup de temps dans la soufflerie et le vélodrome à travailler à optimiser le coefficient de traînée des athlètes. Il m'est arrivé d'apporter de légères modifications à la position, mais ça tient généralement àdes éléments tels que la posture de la tête et des épaules, la largeur des coudes, la hauteur des mains et les changements d'équipement (ex. casque aérodynamique, roues, emplacement des bouteilles). Chaque fois que j'ai vu des gens sauter complètement les étapes de durabilité/confort et de puissance pour s’attaquer directement à l’aérodynamique, le processus échoue.