Retour à la compétition – Tirer le meilleur parti d'une saison réduite

Nous avons tous hâte de voir les athlètes professionnels de retour à l’action - ou de nous retrouver nous-mêmes sur une ligne de départ. Maintenant que des triathlons, et certaines courses de vélo de route, de montagne et de gravelle vont se tenir là où la sécurité publique le permet, de nombreux athlètes cherchent les moyens de tirer le meilleur parti d’une saison réduite. Nous avions déjà passé en revue ici quelques conseils pour aider au transfert des acquis de la forme physique en salle aux résultats en extérieur et nous constatons maintenant que de plus en plus d'organisations abordent les réalités complexes de la gestion d'événements de grande envergure à l'ère de la COVID-19.

Lignes directrices et orientations

Tout au long de la pandémie, de nombreuses organisations liées au monde du vélo ont communiqué des conseils à l'intention des athlètes. Des mises à jour de ses lignes directrices se font encore régulièrement d’autant plus que les restrictions sont levées progressivement dans certaines régions. Cyclisme Canada, par exemple, a clairement indiqué qu’il était important pour l’organisme que les athlètes ne sentent aucune pression à voyager ou à prendre part à des compétitions d’ici la fin de la saison 2020. D'autres organismes émettent des directives concernant les événements à venir. L'UCI a récemment mis à jour son calendrier d'événements et publié une série de consignes de façon à faire respecter les « bulles d'équipe » et les « bulles de peloton » afin de protéger les coureurs ainsi que le personnel de soutien des équipes. Ces directives comprennent également des consignes sur l'hébergement et les déplacements. Il existe également des mesures obligatoires qui comprennent le contrôle de tous les coureurs avant et pendant la compétition, ainsi que des règles concernant ce que l'UCI a appelé les « zones à risque » : enregistrement des coureurs avant l’épreuve, ravitaillement et cérémonies de remise des prix.

De son côté, Ironman a également publié des lignes directrices pour le retour aux compétitions en se penchant sur ce que les organisateurs appellent « les points de contact physiques et les interactions proximales » lors de leurs événements. Selon eux, les nouvelles lignes directrices réduiront ces points de contact et interactions jusqu'à 90 % par rapport aux normes de 2019.

Mettre toutes les chances de son côté

Pour les équipes et les athlètes qui cherchent à tirer le meilleur parti possible de la saison écourtée qui s’amorce, des camps d'entraînement intensifs et de bons outils d'entraînement personnel sont indispensables. Si l’utilisation d’équipements électroniques qui font appel aux technologies de l'information est devenue monnaie courante dans l’entraînement virtuel de nombreux athlètes pendant le confinement, certains de ces outils peuvent également permettre de bien faire le passage à l'entraînement en conditions réelles. De nombreux athlètes d'Argon 18 utilisent Notio pour optimiser leur équipement, la configuration de leur vélo et leur position sur ce dernier. Cela leur permet de gagner en vitesse pour la même dépense en watts (puissance développée). Notio, un capteur aérodynamique embarqué, fournit aux athlètes les données dont ils ont besoin pour obtenir les résultats souhaités. Le temps étant limité pour atteindre les objectifs fixés pour 2020, il pourrait bien être l'outil idéal pour maximiser chaque gain, aussi marginal soit-il, et mieux se préparer à un retour sur la ligne de départ.

Pour un temps limité ou jusqu’à l’épuisement des stocks, le Notio est offert à 40% de rabais pour faciliter le retour aux courses cette année. Cliquez ici pour en savoir plus.